Comment est-ce qu’on photographie la surveillance de masse ? | The Creators Project

By CG / On

[:en]Nouvelle série de Trevor Paglen sur le concept de machine vision, qui thématise la convergence entre données et images « photographiques » , et illustre littéralement la projection de Jonathan Crary dans L’art de l’observateur (1992) stipulant que « La formalisation et la diffusion d’images produites par des moyens informatiques préludent à l’invasion d’«espaces» visuels forgés de toutes pièces et sans commune mesure avec les pouvoirs mimétiques du cinéma, de la photographie et de la télévision ».

 

L’artiste américain Trevor Paglen documente depuis de longues années des sujets aussi abstraits qu’Internet, la protection des données ou les usages numériques.

Source : Comment est-ce qu’on photographie la surveillance de masse ? | The Creators Project[:fr]Nouvelle série de Trevor Paglen sur le concept de machine vision, qui thématise la convergence entre données et images « photographiques », et illustre littéralement la projection de Jonathan Crary dans L’art de l’observateur (1992) stipulant que « La formalisation et la diffusion d’images produites par des moyens informatiques préludent à l’invasion d’«espaces» visuels forgés de toutes pièces et sans commune mesure avec les pouvoirs mimétiques du cinéma, de la photographie et de la télévision ».

L’artiste américain Trevor Paglen documente depuis de longues années des sujets aussi abstraits qu’Internet, la protection des données ou les usages numériques.

Source : Comment est-ce qu’on photographie la surveillance de masse ? | The Creators Project[:]

CCTV Selfies: I Turned City Surveillance into My Personal Photographer | Motherboard

By CG / On

[:en]Projet étonnant d’une journaliste de Vice qui utilise les caméras de surveillance « publiques » (accessible à tout le monde) pour faire… des selfies.    ROISIN KIBERD

Source : CCTV Selfies: I Turned City Surveillance into My Personal Photographer | Motherboard[:fr]Projet étonnant d’une journaliste de Vice qui utilise les caméras de surveillance « publiques » de Dublin (accessible à tout le monde) pour faire… des selfies.

 ROISIN KIBERD

Source : CCTV Selfies: I Turned City Surveillance into My Personal Photographer | Motherboard[:]

Blog Caméra (auto) Contrôle 50JPG

By CG / On

[:en]Source : Blog Caméra (auto) Contrôle 50JPG

A lire: le blog sur la surveillance du Centre de la photographie de Genève, associé à l’évènement 50JPG de cette année (1.6. – 31.7.2016)[:fr]

Le point de départ de l’exposition CAMÉRA(AUTO)CONTRÔLE est le constat que dans la suite des régimes de contrôle par caméra interposée (supermarchés, gares, parkings, places public, aéroports, shoppingmall, transports public) une intériorisation de ces regards anonymes, a débouché sur un contrôle de nous-même par nous-même, toujours par caméra interposée. C’est le passage de l’un à l’autre, du régime de contrôle par des caméras anonymes autant public que privé, à l’autocontrôle par nousmême, que l’exposition CAMÉRA(AUTO)CONTRÔLE voudrait mettre en avant, en proposant des oeuvres d’artistes qui se servent autant de dispositifs du contrôle anonyme, tels les CCTV, que des possibilités de l’autoreprésentation, voir de l’autocontrôle avec des Smartphones et autres Go-Pros.Source : Blog Caméra (auto) Contrôle 50JPG

A lire: le blog sur la surveillance du Centre de la photographie de Genève, associé à l’évènement 50JPG de cette année (1.6. – 31.7.2016)[:]

!Mediengruppe Bitnik | h3333333k

By CG / On

[:en]h3333333k_bitnik_006_1600Projet très malin du !Medien-gruppe Bitnik, qui consiste a transposer un glitch – cette erreur de lecture du code informatique qui produit des irrégularités graphique dans une photographie numérique – dans l’espace réel, pour une intervention sur le bâtiment du Haus der elektronischen Künste à Bâle.

For H3333333K !Mediengruppe Bitnik translate a digital image error, a glitch, onto the façade of the museum «House of Electronic Arts Basel» (HeK). Applied directly onto the archi-tecture of the building, the glitch misaligns the elements of the façade, bringing disturbance to an otherwise settled structure.

Bitnik’s public art piece for the House of Electronic Arts in Basel echoes the dedication of the HeK to a radically contemporary use of media within the arts. The Glitch refers to current art production, which involves reflecting its underlying technological and social conditions. It also alludes to the intrusion of chance, temporality and playfulness caused by erroneous data transmissions. But where the digital glitch usually is a very short-lived phenomenon, Bitnik here translate it into a long term public art piece.

H3333333K engages with the building by applying a visual software error, a glitch, directly into built stone. The glitch is staged as an architectural dimension, subtly shifting parts of the buildings façade and giving it a surreal property.

HEK, Mediengruppe BitnikOpening September 8, 2015
House of Electronic Arts Basel, Switzerland, www.hek.ch 23 x 4.3m

The work was commissioned by the House of Electronic Arts Basel, Christoph Merian Stiftung and Swisslos-Fonds Basel-Landschaft.

Thanks: Reto Gsell, architect in charge; Sabine Himmelsbach, curator HeK; Nathalie Unternährer, Christoph Merian Stiftung, Kathrin Schulthess, photography; Sipi von Albertini, welding; Jovica Radisavljevic, Aaron Marti, video

Source : !Mediengruppe Bitnik | h3333333k

[:fr]

h3333333k_bitnik_006_1600Projet très malin du !Medien-gruppe Bitnik, qui consiste a transposer un glitch – cette erreur de lecture du code informatique qui produit des irrégularités graphique dans une photographie numérique – dans l’espace réel, pour une intervention sur le bâtiment du Haus der elektronischen Künste à Bâle.

For H3333333K !Mediengruppe Bitnik translate a digital image error, a glitch, onto the façade of the museum «House of Electronic Arts Basel» (HeK). Applied directly onto the archi-tecture of the building, the glitch misaligns the elements of the façade, bringing disturbance to an otherwise settled structure.

Bitnik’s public art piece for the House of Electronic Arts in Basel echoes the dedication of the HeK to a radically contemporary use of media within the arts. The Glitch refers to current art production, which involves reflecting its underlying technological and social conditions. It also alludes to the intrusion of chance, temporality and playfulness caused by erroneous data transmissions. But where the digital glitch usually is a very short-lived phenomenon, Bitnik here translate it into a long term public art piece.

H3333333K engages with the building by applying a visual software error, a glitch, directly into built stone. The glitch is staged as an architectural dimension, subtly shifting parts of the buildings façade and giving it a surreal property.

HEK, Mediengruppe BitnikOpening September 8, 2015
House of Electronic Arts Basel, Switzerland, www.hek.ch 23 x 4.3m

The work was commissioned by the House of Electronic Arts Basel, Christoph Merian Stiftung and Swisslos-Fonds Basel-Landschaft.

Thanks: Reto Gsell, architect in charge; Sabine Himmelsbach, curator HeK; Nathalie Unternährer, Christoph Merian Stiftung, Kathrin Schulthess, photography; Sipi von Albertini, welding; Jovica Radisavljevic, Aaron Marti, video

Source : !Mediengruppe Bitnik | h3333333k

[:]